La revue des étudiants en DESS Information et Communication de l'Université Saint-Joseph à Beyrouth (Liban), Promotion 2002

1. Accueil
2. M. Gagnon
3. Linda Lê
4. Liberté
5. Risques
6. IESAV
7. Beyrouth
8. Monot
9. Hyam Yaredarrowarrow

HYAM SCHOUCAIR YARED : UNE FÉE DES MOTS.

Elle a 26 ans à peine, un mari, trois petites filles, une médaille d’or aux IV eme Jeux de la Francophonie (catégorie poésie), et un recueil ”Reflets de lune”. Derrière cette façade se cache un être fascinant, encore plus riche qu’on ne le croit. Elle, c’est Hyam Schoucair Yared ou une écorchée de la vie comme elle aime se définir.

Col roulé, pantalon en velours gris clair, chaussure plate, allure simple et décontractée, c’est en courant, affolée que Hyam arrive en retard à l’interview prévue. Etourdie, il est vrai mais comme disent ses copines « on s’y habitue » et puis…c’est ce qui fait son charme.

Elle ne se prend pas la tête : « Je n’aime pas le terme poète, je le trouve pompeux, je suis tout simplement une voleuse d’émotions… »

Quand Hyam écoute, c’est avec deux grands yeux marrons qui oscillent rapidement de gauche à droite. Attentive, elle veut tout capter, tel un buvard.

Quand Hyam écrit, et qu’elle est emportée par sa poésie, son mari -qu’elle appelle tendrement mon correcteur- n’hésite pas a lui rappeler « Hyam ça chauffe trop ! »

Quand Hyam parle, ses deux mains partagent la conversation animée. Et comment ne pas remarquer alors sa grande bague jaune en forme de fleur

au-dessus de son alliance! C’est tout à fait elle : Une adulte avec un cœur de bambin.

Issue d’une famille de 5 enfants Hyam baigne, dés son jeune age, dans l’art et la culture. C’est sa grand -mère, sa petite fée aux cheveux d’argent, qui lui ouvre la porte du monde de la poésie. A 15 ans, pendant que les jeunes de son âge préparaient leurs devoirs, Hyam s’enfermait dans sa chambre pour déclamer des poèmes.

A 19 ans, c’est le destin qui l’appelle pour fonder une famille. Georges Yared sera son mari, puis plus tard naturellement, Emmanuelle, Elizabeth, et Raphaëlle seront ses « Trois petits rayons de soleil »

Ce n’est pas la vie familiale qui va empêcher Hyam de développer son goût pour l’écriture et la poésie. Elle est douée et elle le sait, mais n’ignore pas pour autant qu’un don ça se travaille. D’ailleurs c’est ce qu’elle fait régulièrement.

Hyam travaille son style c’est vrai, mais la magie de l’écriture elle l’a dans l’âme.

Elle affirme ne jamais aller au hasard des mots mais toujours au hasard des émotions.

En effet si vous regardez cette jeune femme s’exprimer vous risquez d’être éclabousser d’émotion…Hyam est de ceux qui croient que nous avons un devoir envers nos émotions, celui de les écouter pour pouvoir créer.« Je suis dans l’émotion, je la vis, si elle m’interpelle je vais plus loin, je la sublime par l’écriture. »

Hyam est avide de liberté, elle croit qu’il faut arrêter de s’autocensurer.

Elle tient aussi bien à sa liberté qu’à celle des autres « Je n’aime pas emprisonner le lecteur il faut lui donner de l’éspace pour qu’il se retrouve et qu’il puisse se greffer dans une histoire qui n’est pas la sienne.

Et quand Hyam parle de bonheur c’est avec des yeux tristes( le poète ne s’était pas trompé).Perpétuelle insatisfaite elle vit à la recherche de l’inaccessible, c’est l‏‏à un des secrets de son pouvoir magique.

Le logie de cette fée c’est actuellement son recueil « Reflets de Lune »

Pourquoi reflets ? Parce que Hyam fuit les premiers degrés.

Pourquoi la lune ? Parce qu’elle évoque pour Hyam son besoin de solitude et de recueillement.

Les poèmes publiés dans ce recueil, lui ont permis de remporter la médaille d’or aux

IV eme Jeux de la Francophonie. Et Hyam n’est pas prête à s’arrêter ici. Elle n’est qu’au début de son chemin.

 

Donc, si vous rencontrer un jour par hasard un ouragan qui vous éclabousse d’émotions, dites-vous que c’est probablement elle. Mais patientez…si vous entendez: "C’est drôle, tu sais” alors là, c’est sûrement elle.

 

 

. DU TAC AU TAC

 

 

 

Vous aimez?

La vie.

 

Vous fuyez?

La méchanceté.

 

Vous craignez?

L’avenir.

 

Un principe:

L’authenticité.

 

Votre devise?

L’humanisme.

 

Le bien matériel auquel vous êtes le plus attaché?

Mes cahiers de poésie.

 

 

De quoi ne pourriez vous jamais vous passer?

La Passion.

 

Votre image de l’enfer?

La passion.

 

Votre image du paradis?

La paix.

 

Votre inspiration:

Le regard.

 

Votre objectif?

Continuer

 

Hyam Yared,médaillée d’or aux IV eme Jeux de la Francophonie.

En Aout 2000, Hyam est sélectionnée pour représenter le Liban aux IV eme Jeux de la Francophonie (catégorie poésie).

Les jeux ont eu lieu au Canada en Juillet 2001.

Pour la catégorie poésie 17 Participants représentaient leur pays respectifs(France,Belgique,Suisse,Congo……)

Hyam a fait honneur au Liban, en remportant la médaille d’or.

 

 

Exergue : « Nous avons un devoir envers nos émotions celui de les écouter pour pouvoir créer »

 

Extraits de « Reflets de Lune »

 

 

« Je voulais tant t’apprendre

Ce que je sais déjà,

Que vivre, c’est guérir

Un peu plus tous les jours »

Un corps une âme

«  Si vous saviez vraiment

Le prix de chaque ride

Alors vous comprendrez

  La joie de chaque sourire  »

Tendresse


Tatiana Boukather



©USJ, 2002